La Sega Saturn: la console mal aimée.

Boudée par les joueurs…

Lorsque la Mega Drive a été retirée du marché, il fallait lui trouver un successeur digne de ce nom.

La Sega Saturn (ou plus simple, la Saturn) aura donc pour mission de devenir la quatrième console de salon développée par Sega en 1994.

Une année plus tard, en 1995, la concurrence sera en place : Sony sortira sa  PlayStation et en 1996, Nintendo voudra lui aussi se faire une place avec la fameuse Nintendo 64.

Dès lors, on constate que la Saturn n’est pas un succès commercial : au Japon, la console se vend pourtant très bien.

Mais ce n’est pas le cas dans les autres régions du monde, notamment aux Etats-Unis, où elle est boudée par les joueurs.

De si rares bon jeux…

L’un de ses principaux problèmes est la difficulté qu’ont les programmeurs pour faire les jeux.

L’architecture interne de la console est beaucoup trop complexe, ce qui rend laborieuse la création de jeux.

Qui plus est, la bibliothèque de jeux ne suit pas : Sega n’arrive pas à sortir un jeu qui soit véritablement emblématique. On appelle Sonic à la rescousse, mais sans succès.  Sonic X-treme est censé voir le jour, mais ne sortira jamais.

La raison est simple : les équipes de Sega sont incapables de mettre au point un jeu satisfaisant.

Pourtant les rétro-gamers, eux, savent se souvenir de quelques pépites:  Nights into Dreams, Sega Rally Championship, Panzer Dragoon ou encore des Virtua Fighter.

Certains sont même des adaptations de jeux d’arcade : The House of the Dead, jeu de tir à la première personne, est adapté de manière remarquable sur la console.

Quelques jeux de combats perdurent dans les mémoires : Marvel Super Heroes vs. Street Fighter, ou Street Fighter Alpha 3 pour ne citer que les plus célèbres.

La bonne idée de Sega est aussi de créer des manettes analogiques similaires à des manettes d’arcade, ce qui rend la prise en main beaucoup agréable.

Le début de la fin des consoles Sega.

Sega est critiquée pour sa mauvaise gestion commerciale de la console, et son retrait de la vente jugé un peu rapide dès 1998.

Sega essaiera néanmoins une dernière fois de se faire une place avec la Dreamcast. L’échec de celle-ci marquera la fin de Sega sur le marché des consoles de salon.

Facebook Comments

Laisser un commentaire